AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ANNEXES EBAUCHES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

VISAGE : ERIN

CRÉDITS : HOODWIK (AVATAR)
BOUTEILLES À LA MER : 29

ARRIVÉE EN VILLE : 12/07/2017

DANS LA TÊTE : NOUR NOUR NOUR NOUR NOUR

MessageSujet: ANNEXES EBAUCHES   Sam 15 Juil - 18:04

Noveciano/Ganeviano, ville d'adriarique
((inspirée de porco rosso, de son hôtel adriano et d'autres))

GÉOGRAPHIE, ASPECT, CLIMAT :
Noveciano/Ganeviano est une ville italienne située sur la mer Adriatique (c.f. annexe 00, images), à proximité d'archipels (îles tout de même habitables à condition de posséder un bateau et/ou un avion). Sa population est d'environ 3000 habitants et les maisons sont de styles très différents, car N/G est une ville éclectique mélangeant certains genre de l'architecture italienne, allant de l'antique à la moderne. Beaucoup de toits sont en tuile et quelques bâtiments (à l'instar de l'hôtel Adriano dans Porco Rosso) sont construits sur l'eau, et ne sont accessibles que par les voies aériennes et maritimes. Ces bâtiments sont plutôt des endroits publics, les maisons des particuliers sont sur la terre ferme et/ou dans les îles. Autour de la ville, c'est la campagne, entre monts et falaises (plutôt blanches, donc plutôt calcaire), creux et rivières sillonnant des vallées d'une verdure hypnotisante. De nombreuses fleurs de toutes les couleurs parsèment le paysage, et du côté marin, la mer est bleu profond et pur, des rochers sont près de la surface mais la navigation est plaisante. On peut se baigner mais l'activité préférée des habitants est certainement l'exploration entre les criques et les plages, les grottes creusées par le flux et le reflux de la mer, et aussi les balades en bateau.

ÉCONOMIE, DYNAMIQUE :
Dans les champs on cultive de la betterave pour faire du sucre, du maïs, du blé... toutes sortes de céréales, et il y aussi des oliviers mais ils sont peu et ne sont pas cultivé aussi intensivement. Il faut savoir que la dynamique de la ville se base sur les échanges plus ou moins légaux dans les airs et sur l'eau, et l'attraction qu'ont les pirates et leurs fameux tournois (c.f. annexe peuples ≥ les pirates). Le tourisme est développé mais les natifs et les villageois sont tout de même soudés et unis, ils préfèrent rester entre eux (sauf certains mais ça c'est une autre histoire). Aussi, étant donné que les pirates restent des pirates, l'armée de l'air surveille (mais d'assez loin, on se rassure) Noveciano/Ganeviano.

PEUPLES ET MOEURS
((les noveciens/les ganeviens))

CIVILS :
Ce sont tout simplement les habitants de la ville, ils ont un métier plus ou moins important et sont plus ou moins en relation avec les pirates. Certains trafiquent avec eux (dans les bars, les commerces), tandis que d'autres se contentent de vivre en les ignorant. Concernant les métiers, ils peuvent être sur la terre comme sur la mer, voire dans les airs, les civils sont des gens libres mais les pirates peuvent décider de faire pression sur eux ou non. Les civils ont leur grande kermesse appelée Aerimaterra (mélange entre Air/Avion/Mer/Terre en italien), une fête en mémoire de la création de la ville par Monsieur Delcicamor (c.f. annexe histoire de la ville). Au programme : défilés costumés, lancés de couteau, combat de coqs, concours de la plus belle bête de ferme, partage des productions de l'année, baptêmes aériens, etc... et bien sûr, danse et musique à l'hôtel Adagio jusqu'au petit jour le lendemain ! Cette fête sera jouée sur le forum, c'est un évènement presque aussi important que le grand tournoi des pirates où les civils peuvent venir bien évidemment mais ne peuvent participer.

(ANCIENS) MILITAIRES :
Nous sortons de la Seconde Guerre Mondiale, les hommes ayant plus de 20-25 ans ont sûrement fait leur service militaire (on rappelle que les italiens sont alliés avec l'Allemagne), certains dans la marine, d'autres dans l'aviation mais beaucoup ont rempli les rangs des fantassins, car c'est d'eux que l'on manque ! Mais ils sont revenus, plus ou moins amochés, rabibochés et rafistolés par la boisson, les femmes et puis les copains. Ah mais, ce sont des bons gars certains, et de reconvertir dans la piraterie après l'armée... pourquoi pas ? Certes beaucoup sont restés des civils, d'autres continuent de servir la patrie.

PIRATES :
Ici, les pirates c'est pas pour faire joli dans les contes de fées et les histoires pour s'endormir, les pirates, y en a deux sortes. Y a les pirates de la mer et les pirates de l'air. Les plus terribles, c'est ceux de l'air. D'ailleurs, à N/G, les pirates de l'air sont plus nombreux et le système plus développé. Ceux de la mer font profil bas, ils n'ont pas le niveau pour faire face à leurs vieux ennemis. Bref, certains sont de vrais méchants, ils pillent les bateaux et les avions, les îles, tout, détruisent amis et ennemis, et se gorgent de richesses. D'autres aimeraient leur ressembler mais, entre nous, ils ne détiendront jamais ce titre, peut être ne sont-ils pas assez terribles, sanguinaires, alors ils essaient de piller (certains y arrivent), mais ils restent des humains dans l'âme, et on peut parler de pirates nuls ! Autre chose, on peut être pirate quand on en a envie, mais la loi (oui, le maire adore les pirates, il a fait voter une loi) oblige à faire partie d'un groupe (aka un gang, ça fait mieux que groupe, peut-être). Chaque groupe impose ses règles quant à l'initiation et tout le reste (nb: si vous voulez créer un nouveau groupe, veuillez vous recenser ici après votre validation, en expliquant rapidement les règles et les objectifs que se sont fixés les membres de l'équipe, car tout pirate qui se respecte a ses objectifs plus ou moins extrêmes. + faites appel à votre créativité pour trouver un nom qui fasse trembler jusqu'aux civils). Et puis aussi, chaque équipe se prépare au grand tournoi des pirates ainsi que les tournois mineurs.

LE GRAND TOURNOI ET LES TOURNOIS MINEURS :
Dans Porco Rosso, les Mama Aiuto organisent tournoi (une fête, une kermesse carrément), pour opposer Donald Curtis (fdp) et Marco Pagot (Porco Rosso), dans un duel à mort (de base mais au final personne ne meurt), avec des enjeux décidés au paravent. Ici, N/G, on organisera un grand tournoi avec plusieurs manches opposant les équipes de pirates (il y aura le plus grand, le tournoi aérien, puis celui maritime, et celui opposant air contre mer), qui se feront éliminer suivant les résultats (les épreuves seront à la fois sous forme de jeux testant vos capacités et sous forme de rp, parce qu'on est quand même sur un forum de rpg). Toutes les équipes seront conviées et chaque membre aussi, libre à vous de ne pas venir ou de décliner l'invitation, mais sachez que décliner c'est perdre, et les autres se feront un malin plaisir de vous rappeler votre défaite ! Plus sérieusement, votre absence au Grand Tournoi fera jaser et toutes les conséquences liées à celle-ci aura un impact sur votre évolution rpgique. On garde le système des enjeux, chaque équipe s'engagera à donner quelque chose au vainqueur, quelque chose ayant une certaine valeur. Il n'y aura pas de duel à mort mais on vous promet de faire des choses originales si vous perdez, vous aurez des surprises, même si vous n'êtes pas vainqueur (on se rassure encore une fois, ce n'est pas bien méchant !) Ah oui, et on mettra un thème, choisi parmi plusieurs autres, et vous devrez vous débrouiller pour faire ressentir ce thème dans votre équipe par tous les moyens (ex le thème est coquillage, peignez votre avion de coquillages ou incrustez des noms de coquillages dans la conversation, décrivez des figures célestes en forme de coquillages, bref, on veut de l'originalité !).
Et puis en dehors des tournois organisés par Mama, vous pourrez, vous, organiser votre tournoi ! N'est-ce pas merveilleux ? Soyez originaux encore une fois. Vous pourrez imposer le nombre d'équipes et les règles, le thème, on vous parlera de ça plus tard.

convergence des mondes
((commerces, hôtellerie, bars...))

L'ADAGIO
C'est l'équivalent de l'hôtel Adriano dans PR, mais pour le forum on l'a agrandi et procédé à petites modifications. L'hôtel est toujours en mer et l'on ne peut y accéder que par les voies aériennes ou maritimes. L'Adagio est composé de six salles, trois grandes (dans la première, on danse la valse, le tango et tout un tas d'autres danses dans ce genre, c'est une salle de bal, avec quelques tables pour boire un verre, dans la seconde, on dîne sur plusieurs étages, tout de bois et de pierre, dans des recoins un peu intimes et secrets, et dans la troisième, celle qui réceptionne les arrivants à l'entrée, on s'amuse, on s'esclaffe dans des banquettes entre les fleurs, éclairé par des luminaires de cuivre, en ayant vue sur la mer, grâce à une très grande et très belle baie vitrée, pour passer le temps entre amis), une moyenne (il y a une scène en bois qui ne grince même pas, surplombant une dizaine de tables les unes contre les autres, avec des chaises en bois et d'autres banquette noires, un bar avec un millier de bouteilles, le tout dans une ambiance rustique) et deux petites (une avec une seule table, pouvant accueillir une dizaine de personne voire une douzaine, l'autre avec quatre tables, entourant un arbre aux lumières colorées et où l'on peut déposer un mot, un voeu...).

LES COMMERCES :
En ville, il y a sept rues bordées de restaurants et de boutiques, d'échoppes ou d'atelier, quelques bars (mais pas de quoi rivaliser avec l'Adagio !), réparties dans deux grands quartiers : le quartier des kskjz et celui des bricoles. Il y a peu d'habitations dans ces rues là, elles sont plutôt à côté (les propriétaires (et leur famille) de boutiques habitent au dessus de la leur en général). Les commerces (cela inclue les restaurants) proposent des produits locaux (le poissonnier vendra des poissons pêchés par les pêcheurs noveciens/ganeviens, et le maraîcher proposera sur son étal des produits de nos campagnes !), les ateliers d'artistes (les artisans aussi), font eux même les articles quel que soit leur art (les tisserands tissent sur place, avec de la laine et du fil provenant d'Italie, les maroquiniers fabriquent avec les matériaux des villes voisines ou des élevages noveciens/ganeviens, etc...), ce n'est pas une principauté mais une ville plutôt rustique et qui aime être autonome dans ses productions et ses produits ! Les échanges sont ouverts avec les autres cités et certains exportent leurs articles en Italie mais les ouvrages noveciens/ganeviens ne sont pas non plus extrêmement réputés, la ville étant, rappelons le, basée sur les tournois et les vols aériens, voyages maritimes.

CE QU'ON PEUT FAIRE :
Même si vous n'êtes ni aviateur, ni navigateur, ni restaurateur, ni artisan, ni fermier, ni rien du tout, si vous êtes un touriste, ou un habitant qui souhaite se détendre et profiter (même si vous êtes un de ces métiers cités plus haut), voici quelques activités que vous pourrez faire hors fêtes locales : entres autres, la balade maritime, que l'on peut faire en catamaran (avec un professionnel, maximum dix personnes), en voilier (avec un professionnel, maximum six personnes) ou en barque (sans ou avec un professionnel, de une à trois personnes), propose trois circuits (le plus court d'une heure, tour de la plus grosse île, le moyen de deux heures, visite des archipels et possibilité de longer la côte, et le plus long de trois heures trente, où l'on fait encore plus de choses et ce serait très long à expliquer). Parallèlement il y a la balade aérienne en biplan ou en hydravion, les sentiers de randonnée avec des pierres en vrac et le remblai en bois, sans oublier les guinguettes où l'on fête la fin de la guerre encore et toujours !

OÙ DORMIR QUAND ON VIENT D'ARRIVER ?
((mdrrr c'est un routard version light)) Pour dormir, quand on débarque en ville et qu'on n'a pas de toit, on peut frapper à une porte d'un habitant, les noveciens/ganeviens sont des gens simples et accueillants pour la plupart. Sinon, l'hôtel Adagio (desservi h24 par deux vieillards) ou un autre dans le centre, il n'y a pas de terrain de camping (à l'époque, c'est très peu développé), mais si l'envie nous prend, on peut s'allonger dans l'herbe et faire à la belle étoile !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

VISAGE : ERIN

CRÉDITS : HOODWIK (AVATAR)
BOUTEILLES À LA MER : 29

ARRIVÉE EN VILLE : 12/07/2017

DANS LA TÊTE : NOUR NOUR NOUR NOUR NOUR

MessageSujet: Re: ANNEXES EBAUCHES   Mar 18 Juil - 15:35

histoire de Noveciano

En 1918, à la fin de la Première Guerre Mondiale, dite Grande Guerre, un soldat italien, Énée Delcicamor, amputé du bras gauche au niveau du coude à cause d'une balle perdue (peut être plus d'une qui, sait ?), marchait dans la campagne de l'Adriatique pour regagner sa maison. Il lui manquait, à l'époque, trois mois pour avoir vingt cinq ans. Il avait été traumatisé par cette guerre et avait l'esprit un peu dérangé, mais les dieux savent qu'il désirait le bonheur. Énée souffrait, mais il continuait de marcher, pareil au héros mythologique du même nom qui avait fui Troie en flammes pour reconstruire la nouvelle Troie, qui est devenue Rome. Mais notre héros n'avait plus de force et il tomba sur un terrain vierge mais si beau, si pur, qu'il, d'après la légende, guérit de sa petite folie. Il ne parvint jamais à sa terre natale, et fit ériger, grâce à quelques fortunes accumulées, une petite maison en pierres au toit tuile, face à la mer, près des rochers, au beau milieu de la campagne, entre fleurs et eau salée. Il n'avait plus peur des balles qui sifflent, ni des obus, car il avait trouvé la plénitude. Peu de temps après, en ville, il rencontra Marguerite Romaciclein, qui allait devenir sa femme. Puis, au fil du temps, d'autres habitations se construirent autour de la première et des vieux amis survivants trouvés dans les tranchées vinrent rejoindre les Delcicamor. Pendant un certain temps, le village resta un village, que l'on avait appelé à Noveciano qui faisait penser à nouveau, pour symboliser le passage à une ère nouvelle, d'une cinquantaine d'habitants, quelques voyageurs venaient, restaient ou repartient. Vers 1925, cependant, une forte vague d'hommes et de femmes, d'enfants et de vieillards déferla sur le petit village. Elle s'agrandit considérablement et quintupla en superficie, sur la terre et non sur les îles. En 1938, Marguerite tomba malade, de la dysenterie, mourut et Énée, dépressif, tomba lui aussi malade du même mal. Lorsque le couple, sans enfants, mais riches, disparut du village qu'il avait créé et aimé, le deuil plongea les habitants dans la tristesse mais peu après, tous s'arrachèrent les possessions des Delcicamor. On commença à se méfier des uns et des autres, et à voler le voisin. Des clans se formèrent, le temps de la piraterie à Noveciano commença. Malheureusement, la guerre éclata à nouveau, et les rivalités cessèrent, fauchées par le service militaire et les départs des hommes. La fortune des Delcicamor tomba dans l'oubli, on dit qu'elle repose désormais dans une île, un archipel sacré qui n'a pas été identifié, ou avec eux, dans leur tombe, mais qui ira vérifier ? Entre femmes, on se serra les coudes, et l'entraide pris le pas sur les hostilités. La ville s'agrandit car autour le terrain était prospère, ceux qui n'allaient pas guerroyer s'installent à Noveciano. Jusqu'à aujourd'hui, en 1948, la ville continue de prospérer et de célébrer la mémoire des Delcicamor, ainsi que fêter la fin de la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ANNEXES EBAUCHES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Annexe: L'OCP (Archives)
» salle d'opération.
» Annexes.
» ▬ Annexe 3bis : Les Régions de la Terre du Milieu
» ▬ Annexe 2 : Frise chronologique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE BOUQUET DE L'ADRIATIQUE :: archivons-