AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez
 

 LES MURÈNES DES CHAMPS DE FLEURS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Atlas

VISAGE : ERIN

CRÉDITS : HOODWIK (AVATAR)
BOUTEILLES À LA MER : 29

ARRIVÉE EN VILLE : 12/07/2017

DANS LA TÊTE : NOUR NOUR NOUR NOUR NOUR

LES MURÈNES DES CHAMPS DE FLEURS Empty
MessageSujet: LES MURÈNES DES CHAMPS DE FLEURS   LES MURÈNES DES CHAMPS DE FLEURS EmptyMer 23 Aoû - 21:21

atlas
champs, océan, ciel
Par moments, je me sens libre. Un oiseau. Je survole les champs, remonte les marées, dompte le silence. Un poisson. J'affronte les rochers, je dors dans les algues, épie le moindre son. Un mulot. Je m'enivre des herbes, je foule la terre, agresse le bruit. Un homme. Là, c'est tout autre chose. J'oublie que je suis libre. Je me perds dans un dédale de murs, de coquillages, de fleurs et de visages. Je trace des lignes au crayon de vie dans les pétales, les friches, les villages. Entre les bateaux. Deux trois fois sur l'eau. J'oublie même que je suis heureux. Que je vis. Que je respire. Que je me sens vivant.
Avant, c'était sombre, pauvre, laid, ça sentait le monde qui n'avait jamais vu le soleil, et les rues empestaient un vilain parfum de choses fanées. Ici, rien n'est cassé, tout est à réparer, pourtant, la guerre a fait ses ravages, mais Noveciano vit et se reconstruit, de bout en bout, de part en part, à coup sûr, mais parfois, quatre détails et tout redevient comme avant. J'ai peur de retourner là bas, cet ailleurs que j'ai fui. J'ai peur qu'on m'y ramène. Je ne veux pas quitter cette ville. Je ne veux pas quitter Nour. Ni notre enfant. Personne. Ici, j'apprends à vivre. J'oublie nos silences. La longue route. Les grands bateaux. Les voiles qu'on larguées.
Des jours l'existence semble morne. D'autres, rayonnante. Elle se joue de nous. Elle se joue de moi. Je rêvais de fleurs, je rêvais des nuages, voilà, on a traversé moult terres et moult mers, l'exil nous rappelle qu'au final, on n'est pas d'ici.
Cependant, plus les mois défilent, plus les saisons passent, plus nous nous ancrons.
J'oublie Dédale. J'oublie la fuite. J'oublie l'exil.
Restera plus qu'à vivre.


et dans la vie...
pseudo/prénom : vert alligator / pauline ❁ mon lieu de vie : ça n'a pas changé depuis la dernière fois ❁ âge : quinze ❁ j'ai découvert le bouquet sur : la rive est de noveciano ❁ mon smiley préféré est : (en vrai c'est le happy mais il est trop gros il déforme tout) ❁ si j'étais un légume je serais : une pomme ❁ mon dernier mot est... : nonoavatar : erin ❁ crédit : tumblr, skate vibe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
LES MURÈNES DES CHAMPS DE FLEURS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les cimetières sont des champs de fleurs! [Campagne]
» Estimé,Magloire Que sont devenues les fleurs du temps passé?
» Vin de fleurs de sureau
» Les Fleurs du Mal [PV]
» HAITIENS, SPÉCIALEMENT LES CAPOIS: QUE SONT DEVENUES LES FLEURS DU TEMPS PASSÉ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE BOUQUET DE L'ADRIATIQUE ::  :: laisser partir :: version première :: les fiches-